Mémoire du Mal-Bucarest (Fragments)
Radu Boruzescu
 
Texte traduit par Laurenţiu Zoicaş
?Toute personne a le droit de quitter tout pays,Y compris son propre pays, et y retourner?
(La Declaration des Droits de l?Homme, art. 13)

10 avril 1990

Dans la voiture encombrée de caméras, de pellicule, de projecteurs, de colis, cette phrase me revenait ? l'esprit, simple et salutaire, et je m'y accrochais pour contenir l'émotion qui m'étouffait au bout de dix‑sept ans d'exil forcé en France.

A mes côtés se trouvaient l'écrivain Dumitru Ţepeneag et le photographe Gilles Abegg. En m?me temps, une autre équipe avait pris l'avion pour Bucarest : une journaliste française, Sophie Martre, le caméraman Horia Lapteş et un ingénieur du son. Notre mission en Roumanie, quelques mois apr?s une révolution qui commençait déj? ? ?tre contestée était de réaliser un film de 50 minutes pour la télévision et de photographier tout ce qui pouvait l'?tre, en vue d'un projet de livre qui déj? avait trouvé son titre, Mémoire du Mal-Bucarest, et suscité l'intér?t de quelques Editeurs ? les Editions du Seuil et les Editions de l'Aube. Le sujet qui nous préoccupait était le gigantesque chantier du centre de Bucarest, du Palais de la République (qui s'appelait, apr?s la révolution, la ?Maison du Peuple?), de la Piaţa Unirii et du boulevard de la Victoire‑du‑Socialisme, puis les villages démolis du nord de Bucarest, les nouvelles agro‑villes. Tout cela, suite au plan de ?systématisation et d'aménagement rationnel, scientifique du territoire?. Cette mission a duré depuis le 10 avril jusqu'au 30 avril 1990. Une bonne partie du matériel photographique et documentaire a été utilisée ? Paris pour l'Exposition organisée ? la Caisse nationale des monuments historiques et des sites, abritée par l'Hôtel de Sully, du 13 juillet au 2 septembre 1990 et intitulée ?Patrimoine roumain ? histoire et actualité?.

L'exposition a été réalisée avec le concours de la Commission nationale d'urbanisme et de l'Office national des expositions d'art de Roumanie. Des documents et des maquettes y avaient été apportés, provenant de l'exposition de Bucarest ?L'Etat de la ville? (avril‑mai 1990). Ce fut l'occasion pour moi de rencontrer et de revoir des gens extraordinaires : Dana Horhoiu, Alexandru Beldiman, Florin Machedon, Constantin Pădure, Raluca Butnaru, Constantin Hariton et, bien sűr, mon ancien camarade et ami, Mihai Oroveanu. C'était la premičre fois que les ?roumains de l'exil? rencontraient ceux du pays. Je crois que l'on a fait du bon travail tous ensemble. Pour compléter le sujet qui nous intéressait, une nouvelle mission a été nécessaire entre le 19 et le 26 octobre 1990, pour le film et l'album‑photos. Le film de 52 minutes pour la télévision a été terminé et diffusé pour la premičre fois dans le cadre de l'Emission VIVA de la télévision Suisse Romande, sous le titre ?Bucarest - la mémoire mutilée?. Depuis, il a été diffusé dans la plupart des pays occidentaux. En mai 1991, le réalisateur suisse Artimoge Dockas l'a offert ŕ la télévision roumaine, en vue de la diffusion.

 1  2  3  4  5  6  >>
 
 
 

 
Martor nr 1/1996
Martor nr 2/1997
Martor nr 3/1998
Martor nr 4/1999
Martor nr 5/2000
Martor nr 6/2001
Martor nr 7/2002
Martor nr 8-9/2003-2004
Martor nr 10/2005
Martor nr 11/2006
Martor nr 12/2007
 

© 2003 Aspera Pro Edu Foundation. Toate drepturile rezervate. Termeni de confidentialitate. Conditii de utilizare